Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
institutshiatsu84.over-blog.com

Articles sur les arts énergétiques (Shiatsu, Do in, MTC, Jin Shin Do, Sotai, Diététique).

Le Hara

Le Hara, cʼest-à-dire lʼabdomen, a une grande importance dans la conception japonaise et dans la conception orientale de lʼêtre. Nous autres, Occidentaux, avons tendance à le considérer comme une simple annexe de notre personnalité dont nous situons le centre dans le cerveau. Les Orientaux placent le ventre au centre du corps. Le ventre constitue, du point de vue énergétique, un carrefour important où se rencontrent les énergies telluriques captées par les pieds (R1 Source bouillonnante) et les énergies célestes captées par le sommet du crâne. Dʼailleurs, le mot Hara en japonais veut non seulement dire ventre mais également esprit et cœur. Dans la tradition taoïste, le ventre est considéré comme le deuxième cerveau. Car on sent, on pense et on agit avec le hara. Notre énergie vitale, nos facultés et notre intuition résident dans cette zone essentielle. Ce centre dʼénergie nʼest cependant pas ignoré en Occident puisque lʼon parle communément “dʼavoir quel- que chose dans le ventre” mais la conception japonaise est beaucoup plus vaste. Les adeptes des arts martiaux arrivent à des prouesses en puisant dans cette source inestimable dʼénergie quʼest le hara. Dans les arts traditionnels japonais, on utilise également les facultés du hara : cʼest lui qui guide dans lʼart floral, la main ou qui dirige le pinceau dans la calligraphie. Le travail sur le hara englobe une idée de recherche de perfection ou même dʼéveil de la conscience au moyen dʼune discipline rigoureuse. Toute forme de compétition en est absente car il sʼagit dʼune voie intérieure, dʼune véritable discipline spirituelle.

Il existe différentes manières s de développer la sensibilité et la force du Hara : la méditation, les arts martiaux et traditionnels et bien sûr, le Shiatsu. La force et la sensibilité du Hara permettent au praticien de dépasser la simple technique pour atteindre au véritable art de guérir.

En nous concentrant sur le hara, nous désertons le haut du corps, notre cérébralité qui dissèque, analyse, pour venir habiter un espace où lʼintuition et la sensibilité peuvent se déployer. Cette sensibilité que nous puisons du fin fond de nos entrailles nous permet de ressentir, de façon immédiate, au bout des doigts ce que ressent le receveur au point de développer une empathie avec ce dernier tout en gardant assez de distance pour ne pas donner prise à ses problèmes et à ses symptômes. Il existe un certain nombre de méthodes pour développer la force interne du Hara. La première et la plus importante est la respiration. Cʼest en fait un des outils les plus puissants dont nous disposions. Lorsque nous respirons profondément dans le ventre, nous nous rechargeons en énergie et nous acceptons pleinement la vie. Lʼinspiration nous emplit dʼun Ki nouveau qui revitalise notre corps tout entier. Lʼexpiration est un souffle puissant et relaxant qui nous ouvre pleinement à la vie.

Dans la pratique du Shiatsu, le donneur et le receveur synchronisent naturellement leur respiration. Cet accord du rythme respiratoire manifeste lʼétat de résonance profonde dans lequel ils se trouvent. En coordonnant leur souffle, tous deux se sentent plus proches lʼun de lʼautre, et cette empathie favorise le processus de guérison.

Lʼexpiration qui vient du Hara permet au donneur de visualiser le flux de Ki passant par ses mains alors que le receveur peut plus facilement lâcher prise et se libérer de toute tension.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article